Monday, 26 September 2016

Back to work...

Today I was back to work after my paternity leave. It was not as bad as I thought it would be when it comes to workload, but it was very difficult to leave Veggie Carrie and the little wolf this morning. And the day was long. That said, my colleagues welcomed me back with enthusiasm and such kindness. They all congratulated me and all seemed so enthusiastic about our new baby, especially the women. Oh and they gave me a voucher from Mothercare as a welcome back gift. So even though I am back at the Pit of Hell, being a new daddy allows me to alleviate to the downsides of working when you miss your new family.

La quête des pandas roux

Photo prise à Branféré, qui a parmi ses locataires des pandas roux. Qui sont, comme je le disais dans ce billet, des peluches vivants. J'y pense depuis peu et je me suis dit que, même si notre petit loup a déjà une animalerie de toutous assez impressionnante pour son tout jeune âge (surtout qu'il ne passe guère de temps avec eux pour le moment), ce serait vraiment bien qu'il ait un panda roux en peluche. À défaut d'en avoir un vrai. Alors ce sera une nouvelle quête pour moi: trouver un panda roux pour mon fils. Je crois qu'elle sera assez facilement complétée, puisque je crois me rappeler avoir vu des peluches de pandas roux dans la boutique de souvenirs de Branféré. Alors ce sera sans doute pour notre prochain voyage familial en Bretagne.

Sunday, 25 September 2016

Time for hearty food

This is what I had for lunch in a local café, the nearest one we could find nearby: a salmon and broccoli (and dill) quiche from Toppings Pies. My wife had a vegetarian quiche. It was delicious and the quiche was exactly what I was looking for. In fact, we enjoyed them so much that we bought two for tomorrow's meal. I intend to try more of their products. If I had a quiche today, it is because autumn is finally cool enough (albeit not ideally cool) and especially autumnal enough to have heart-warming comfort food. In other words, it is now time for hearty food.

Je veux cette image

J'ai déjà blogué sur la série Paul de Michel Rabagliati. Or, dans la section Cossins de son site internet, on peut y magasiner des reproductions de ses albums. Dont cette illustration, qui me plaît beaucoup. J'imagine que ça me fait penser à notre cellule familiale, bien que personne ne nous ressemble: il a une fille au lieu d'un fils, blonde en plus, Paul est blond, il ne porte pas du tout les mêmes genres de vêtements que moi et puis bref, ça ne nous ressemble pas. Mais la promenade automnale, c'est une activité que j'aime particulièrement (voir mon billet publié plus tôt aujourd'hui) et que j'ai justement un mur ici que je voudrais voir occupé par un tableau qui représente un peu de la québécitude automnale. Et je trouve que l'image la représente bien. Hélas, l'image est en ce moment épuisée. Ce qui ne m'étonne pas, elle est vraiment magnifique.

D&Dr in autumn

I know I blogged about it before, but today I thought about our Dungeons & Dragons games played and set during autumn so I thought I would blog about it again. To accompany this post, a cover from Dragon Magazine (number 220), which I thought looked fittingly autumnal. It is a great mysterious picture from David Horne. Apparently the title is "Only the Light Keeps Them Back," but I think it truly needs no title to convey both danger and atmosphere. Like I mentioned in my post three years ago, the bulk of the first adventure we've had in the campaign my brothers and I created was set in autumn. We played it mostly in autumn and our characters were living it in autumn, in a dark and remote forest not unlike the one on the magazine cover. It was called the Harles Forest and it was an amazing setting for a first adventure. Especially in autumn, when you had the imagination to picture yourself there.

Now last time I went to Montreal to see my brothers, we played a bit of a catch up game of an hour or so, no more, to see where our characters were at since we finished our most important story arc. We merely discussed what our characters had been doing since we had last played them and where to go from there when we would play properly (whenever that may be). my character, a ranger, settled down in another forest (Ygdraï Forest) with his followers, Andrew's character settled down in his temple (he is a Priest of Odar, the god of war), others went in their respective castles... And PJ, our Dungeon Master, threw the dice to see when in the game our character would see new developments and adventures coming. And it turned out to be the 25th of September. Today. Now that means when we play again, it will be the 25th of September for our characters. PJ observed that it was fitting that a new cycle would start in autumn, just like for our first adventure.

Première sortie

Petit accomplissement bien modeste aujourd'hui qui mérite néanmoins d'être souligné: nous avons fait notre première vraie sortie avec petit loup dans son landau depuis notre congé de l'hôpital. Bon, je l'avais déjà sorti dans un porte bébé, pour des promenades de cinq ou dix minutes pas plus, mais c'était la première fois que nous sommes allés avec lui (ou lui avec nous) jusqu'au café le plus proche (qui n'est pas si proche), pris le temps de prendre un verre, puis retournés à la maison en prenant notre temps afin de savourer l'automne. Parce que la journée était splendide: douce mais pas trop chaude, avec un vent juste assez fort pour rafraîchir le temps. Les couleurs ne sont pas encore toutes là, mais c'est quand même joli avec la lumière automnale. J'envie petit loup d'être un bébé de l'automne. Il n'en est pas conscient bien sûr, pas plus qu'il a été conscient de la promenade: il a dormi tout le long, sauf à quelques moments pour ouvrir les yeux. Pas un cri, pas un pleur, il a été un petit loup très sage. Mais même s'il n'en a pas eu connaissance, ça a fait un bien immense à ses parents de sortir de la maison.

Saturday, 24 September 2016

An autumnal garden party

As I am typing this, the neighbours (two down our house, not the next door ones which I dislike) are having a party in the garden, to celebrate something or other, maybe a birthday. There are party lights, some kind of banners and a fire. They started early in the evening. I have to say, although it is a fairly rare sight, I kind of like the idea. My grandfather on my mother's side was very fond of family gathering outside in the garden, even way after summer was over. I have only very vague memories of them, but I do remember the cold autumn air and the smell of fire (or I think I remember it) and would love to live such thing again. My father used to think it was pure madness and wondered what was the point of partying outside the comfort of home. He went along anyway, but to this day he keeps talking about how odd the idea was. I do have an hypothesis: my grandfather might have been as fond of autumn as I am. In any case, I will one day follow his example and re-start this tradition here.

Qui aime la tarte aux pommes?


Je sais que la question habituelle, ce serait: "qui n'aime pas la tarte aux pommes?" Question supposément réthorique dont j'ai la réponse: moi. En fait non, c'est pas que je n'aime pas la tarte aux pommes, en fait je ne la déteste pas, mais comme bien des tartes aux fruits, elle ne me fait ni chaud ni froid. Les pommes, je les préfère nature, en cidre, ou dans différents desserts (je bloguerai sur ceux-ci sans doute plus tard). Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve la tarte aux pommes fade. Pourtant, j'essaie tant bien que mal de l'aimer, la pomme étant le fruit le plus automnal qui soit et l'automne étant ma saison préférée, j'aimerais aimer la tarte aux pommes. L'odeur, j'aime beaucoup, comme toute odeur de pomme qui cuit en fait, parce que justement ça sent l'automne. Pour mon frère PJ, c'est entendu: il adore la tarte aux pommes, surtout en automne. C'est d'ailleurs lui qui a fait la tarte sur cette photo. Dites-moi si elle vous tente. Moi, j'en mangerais par curiosité et pour essayer de me convaincre que je dois aimer ça. C'est un peu triste.

Wolfgang for Wolfie

Everybody knows the lullaby Twinkle, Twinkle Little Star or Ah! Vous dirai-je Maman, as we know it in French. I cannot stand either of them, to be honest. I never could. Except the variations that Wolfgang Amadeus Mozart made of it. As I have a newborn little Wolfie and I am eager to make him know and develop a taste for quality music from an early age, this is the version of the lullaby I make him listen to. Who knows, maybe he will benefit from the Mozart effect, if that really exists. In any case, there are worse things for Wolfie to listen to than the great Wolfgang.

Le chevreuil fantôme

Je parle de vie animale et de fantômes une deuxième fois de suite sur Vraie Fiction, c'est un pur hasard. Mon père m'a envoyé des photos prises des caméras infrarouge sur le lot de mes oncles. On y voit un chevreuil dont les yeux sont illuminés par l'infrarouge. Il a l'air d'un chevreuil fantôme, surtout sur les photos en noir et blanc. L'image est assez saisissante, alors j'ai décidé d'en télécharger une sur le blogue.

Friday, 23 September 2016

The cry of an owl?

I took this picture in York, during a bird show. You will easily recognize the barn owl, one of the most common species of owls and at the basis of many stories of haunting and supernatural encounters in folklore. So I love them, like I love all owls. And recently, I heard in the night a cry that sounds a lot like the cry of an owl. I might be wrong, but it sounds like an owl. Maybe not the barn owl, but being such a common species, I would not be surprised that this is what we have as a neighbour, hiding somewhere in the woodlands nearby. Which would be extremely cool.

Brader Olivieri

C'est une très mauvaise nouvelle pour les amoureux de la littérature, grande et petite, et pour ce qui reste des librairies indépendantes québécoises que j'ai apprise récemment, la librairie indépendante Olivieri a été vendue à Renaud-Bray. Même leur site est maintenant fermé. Mauvaise nouvelle? Catastrophique oui. Olivieri, c'était une vraie librairie indépendante et universitaire, celle où j'allais durant mes études à Montréal, souvent pour m'acheter des bouquins dont j'avais besoin dans mes cours, aussi souvent pour le plaisir. J'y ai fait bien des découvertes. Et là elle a été vendue à une grosse chaîne de détaillants de cossins qui n'a de librairie que le nom. C'est comme si Canadian Tire achetait une galerie d'art. Bien entendu, ils disent qu'Olivieri conservera son identité, mais je suis sceptique. Je regrette amèrement de ne pas y être allé lors de mes derniers séjours à Montréal.

Thursday, 22 September 2016

September Equinox

Like last year, I am celebrating the arrival of the Autumnal Equinox with a meme from the characters of Charles M. Schulz. Of course, for me autumn starts with the first of September and I call it autumn, not Fall, which sounds like, well, a fall. But in any case, happy autumnal equinox and watch this space, as Vraie Fiction will take the colours and mood of autumn. More than it already is, I mean. After all, it is my favourite season.

Le 22 septembre, aujourd'hui...

Cette photo a été prise le 30 septembre 2015 dans le Plateau Mont-Royal, je la télécharge ici afin d'illustrer mon propos (et parce que rien ne bat les automnes québécois). C'est donc aujourd'hui l'équinoxe d'automne, nous sommes le 22 septembre, date de l'automne astronomique officiel. Pour moi, la saison commence le premier septembre, ce qui se justifie par ailleurs. Mais bon, pour tous ceux qui se croyaient encore l'été, ce n'est plus le cas, qu'importe la température dehors. L'automne, c'est ma saison préférée, c'est aussi la saison qui porte le plus à la mélancolie, alors pour souligner l'équinoze du 22 septembre j'ai décidé de télécharger également... Le vingt-deux septembre de Georges Brassens. Ce n'est pas la première ni la dernière fois que je le fais. Brassens a écrit bien des chansons très automnales, par la mélancolie du ton et les thématiques, celle-ci l'est explicitement.

Wednesday, 21 September 2016

Craving a ploughman's sandwich

There is one delicious thing I discovered in England which I think I have not blogged about yet: the ploughman's lunch, which I usually eat in sandwich form. I have been craving ploughman's sandwich recently. I had some today, but it was one of the cheap brands you find in convenient stores and petrol stations. I love a ploughman's sandwich with quality ingredients to maximize taste: an old cheddar, top quality chutney to go with it and of course good bread. Hand made ideally, or least industrialized as possible. I bought the one you see on this picture a few weeks ago during one of our visits to the hospital. There was beer in the chutney. It was the best ploughman's sandwich I had in ages. Sadly, I did not take note of the brand.

La vue du train de Mirabel

Cette photo a été prise par la blonde de mon petit frère Andrew et publiée sur Facebook. Comme à mon habitude dans ces cas-là, je l'ai volée sans gêne aucune. Je crois comprendre que ma belle-soeur prend le train de Mirabel occasionnellement. Elle a écrit sur Facebook qu'elle ne se tanne pas de ces voyages. Je comprends pourquoi. C'est un peu tragique que le voyage en train ne soit pas plus développé au Québec: on a des paysages saisissants que l'on ne peut vraiment apprécier qu'à partir d'un chemin de fer. Je prends le train régulièrement et moi aussi je ne m'en tanne pas. Et juste pour le plaisir de voir ça, j'aimerais bien prendre le train de Mirabel.

Tuesday, 20 September 2016

"Can't sleep, clown will eat me"

Fans of the classic seasons of The Simpsons will remember that this is what a young Bart was saying in Lisa's First Word when Homer had built him a clown-themed bed, as his old pram is going to be used by his yet to be born sister Lisa. The episode was hilarious and confirmed my belief that clowns are creepy and scary. The line is now part of pop culture, it is also the one I had in mind and kept repeating to myself when I was trying to sleep, in the little hours of the morning, while my wife was still in labour. So for no better reason, I thought to share it here tonight:


20 septembre 1792: Bataille de Valmy

Je l'ai souligné une fois sur ce blogue il y a trois ans, j'ai songé à le commémorer encore une fois cette année: nous sommes l'anniversaire de la Bataille de Valmy, première victoire militaire française après la Révolution et a donné assez de confiance à la France pour abolir la monarchie et proclamer la République. Parce que j'aime l'histoire et que je suis républicain, j'ai voulu souligner aujourd'hui encore la bataille et mettre ici l'extrait dramatisé de la minisérie La Révolution française.

Monday, 19 September 2016

On the scary read program

Maybe I am getting ahead of myself, but it is now and has been since about mid-August or so my officious countdown to Halloween. Which means that I have started reading horror stories and as time goes by I will read more and more. As much as my status as a new daddy allows me, of course. This year, I have added to the reading program the stories of F. Marion Crawford. I recently bought this book with some (all?) of the supernatural stories he wrote. And no, I did not choose this book because of its cover (albeit what a great scary picture!). I discovered Crawford reading The Upper Berth in The Oxford Book of English Ghost Stories, which was one of my favourite of the anthology. I then read in another anthology For the Blood is The Life, a vampire story which confirmed my interest in Crawford's work. In both stories, the horror is not merely psychological: it has plenty of borderline gory elements that convey not only unease, but good old horror, if not terror. The evils in his stories can be as physically violent as they are malevolent. So I will read eagerly.

"Popotame"

J'ai acheté cet hippopotame de Button Bears and Friends à l'hôpital où est né mon fils. C'était leur plus gros toutou disponible de toute la gamme de produits et la raison première de mon achat était que c'était un animal tout mignon qui méritait de faire partie de la ménagerie de mon fils. La seconde raison est biographique: hippopotame est le premier mot que j'ai prononcé. Je vous jure. Mon petit frère PJ avait un toutou d'hippopotame et ma gardienne préférée avait réussi à me faire associer le toutou avec le mot avec le toutou. Ma mère était revenue du travail et j'avais fièrement pointé le toutou en disant: "popotame". Bien qu'elle fût fière de mes capacités linguistiques, elle était déçue que je n'aie pas d'abord su dire maman. J'ai aussi arraché les dents du toutou de PJ, mais ça, c'est une autre histoire.